Interview·Magazine n°11

Interview Elisabeth Barthélémy

Elisabeth Barthélémy a accepté de répondre à nos questions. Merci à elle !




Avant de commencer, tu as une information importante à apporter à nos lecteurs : ton nom de plume devient Elisha Lowann et tu as une bonne nouvelle à propos du roman que nous avons découvert dans le numéro 11 de L’Indé Panda : Sang Affinités. Je te laisse nous raconter tout ça.

Oui, c’est exactement ça. J’ai commencé par l’auto-édition mais j’ai vite réalisé que j’avais besoin d’aide pour tout : je me suis arraché les cheveux sur la mise en page, je suis nulle en communication sans parler du travail éditorial. C’est un vrai job que je ne peux malheureusement pas faire à temps plein ! Alors, j’ai envoyé mon manuscrit retravaillé à plusieurs ME, j’ai reçu un premier refus puis trois accords coup sur coup ! J’ai un peu hésité avant de signer chez Drakkar Éditions et je ne regrette absolument pas mon choix ! Pour mon changement d’identité, je voulais le faire dès le départ.

Tu as été sélectionnée pour ce onzième numéro avec ta nouvelle Petite femme, peux-tu expliquer sa genèse ?

Je fonctionne par flash, alors cette histoire m’est venue comme ça, sans raison apparente. Il s’agit d’une mère qui parle de sa petite fille, d’où le titre Petite Femme. Au fil du récit, un malaise s’installe, et l’on comprend que la chute sera ignoble. Je ne peux pas en dire plus, parce que justement, c’est l’escalade et la montée en tension qui font tout. Ce que je peux dire, c’est que je m’intéresse beaucoup à l’ambivalence des sentiments et à la psychologie humaine, je trouve ça fascinant, même dans l’atrocité.

Plus à l’aise dans un registre particulier ? De quoi aimes-tu parler dans tes histoires ?

Je me scinde en deux. Autant j’aime les univers très sombres et dérangeants, autant je me suis aussi essayée au feel-good et j’avoue m’être éclatée ! Alors, non, je n’ai pas de domaine de prédilection, ce sont deux facettes de ma personnalité : le côté déjanté et le coté glauque, avec toutefois une touche d’humour noir, je ne peux pas m’empêcher de dire des conneries à longueur de temps !

Quand et comment as-tu commencé à écrire ? Te rappelles-tu ta première histoire ?

Ma première histoire plus ou moins aboutie s’appelait La légende d’Aral, j’avais 18 ans, c’était pour un concours local et je n’ai pas été retenue. C’était un conte que j’ai inventé qui parlait de l’amour et de ses ravages. Après, j’ai laissé tout ça en friche, avant de reprendre la plume l’année dernière pour un autre concours cette fois autour du suspense et celui-là, je l’ai gagné ! Depuis, je n’arrête plus.

Quel est ton rythme d’écriture ?

Il est complètement irrégulier ! Je fonctionne par périodes. Par exemple, j’ai écrit mes deux premiers romans en six mois, puis j’ai ressenti le besoin de faire une pause, mon cerveau fumait trop ! J’ai repris la plume après trois mois d’arrêt mais à doses homéopathiques, puis le week-end dernier j’ai passé 14 heures à écrire quasi en continu ! La différence c’est que maintenant j’ai signé chez deux ME et j’ai certaines échéances à respecter, ce qui me convient parfaitement, j’ai besoin qu’on me cadre un peu. J’écris aussi quand je peux, j’ai besoin du calme absolu et je ne peux pas toujours m’octroyer ce luxe, alors quand j’ai du temps, j’en profite.

Comment construis-tu ton travail ?

Pareil, je ne construis pas, cela me vient par idées, par flashes et après tout se déroule plus ou moins naturellement. Pour mon roman Sang affinités, je n’avais pas du tout prévu de cette tournure, les personnages ont décidé eux-mêmes de ce qu’ils allaient vivre ! C’est très particulier comme sensation.

Plutôt nouvelle ou roman ?

J’ai commencé avec les nouvelles et j’y reviendrai certainement mais en ce moment, j’ai plusieurs projets de romans et deux romans publiés en 2021. Au début, je ne me pensais pas capable d’écrire un roman entier, la nouvelle était là avant tout pour me rassurer avec son format court.

Pourquoi as-tu commencé en tant qu’indépendante et souhaites-tu le rester pour d’autres projets ?

Alors j’ai déjà un peu répondu. Je dirais que j’ai commencé AE pour voir. J’ai surtout vu que c’était compliqué et qu’il fallait du temps et de l’investissement ! Je ne sais pas si j’y retournais un jour

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le statut d’indé ?

Dans l’idéal, pouvoir dire c’est moi qui ai tout fait !

À l’inverse, qu’est-ce qui est le plus dur pour toi ?

Justement de tout faire !

Quel type de lectrice es-tu ? 

Une lectrice accro aux livres, j’ai toujours un livre entamé, il peut s’agit de thriller, de romance, d’histoires vraies, de saga historique… Tout dépend de mon humeur du moment.

Je reviens sur ton roman Sang Affinités, peux-tu me raconter ce qui t’a inspirée ?

Alors, je suis partie sur la recherche de l’homme idéal en me posant la question : existe-t-il ? Y’a-t-il sur terre un mec qui est fait à 100 % pour toi ? À l’époque, j’étais un peu blasée de ma vie et j’ai eu envie de fantasmer sur ce concept. Donc, je me suis dit : en écrivant, tu as tous les droits, alors pourquoi ne pas te lâcher ? Ça a donné ce résultat : au bout de trois rendez-vous si le mec ne correspond pas à l’héroïne, elle a l’obligation de le tuer. Net, cash, sans fioriture. Contre toute attente, c’est grâce à l’écriture de ce livre que j’ai moi-même trouvé mon élu, puisque je suis désormais en couple avec un auteur qui est aussi publié chez Drakkar Éditions et ça, je ne m’y attendais vraiment pas ! Donc la réponse est : oui, il existe et il faut surtout ne pas désespérer !

Pour finir, L’Indé Panda, c’est quoi pour toi ?

Un tremplin très sympa et l’occasion de découvrir des auteurs variés avec des histoires parfois surprenantes !

Découvrez Petite femme dans L’Indé Panda 11

Lisez « Sang Affinités » sur Amazon et sur toutes les plateformes

Suivez Elisha Lowann sur :

Un commentaire sur “Interview Elisabeth Barthélémy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s