Actualités·Interview

Interview Solenne Hernandez #2

Solenne Hernandez ayant déjà répondu à une « interview classique », elle va se prêter au jeu du portrait chinois. Merci à elle.

 

Si tu étais un style ou un genre littéraire ?

Je crois que ça dépend de mon humeur ! À vrai dire, j’hésite : j’aime voyager dans des romans fantastiques et j’adore faire voyager dans des nouvelles aux univers multiples, ou dans des romans dystopiques.

 

Si tu étais un art ?

La musique. Parce qu’elle est un langage à elle seule, et qu’elle pourrait remplacer tous les mots s’il le fallait. Je trouve ça fascinant de voir combien la musique joue sur la perception que nous pouvons avoir des choses, des évènements.

 

Si tu étais un livre ?

Harry Potter – à condition d’imaginer que les sept tomes seraient réunis en un seul et même énoooorme ouvrage. Parce que j’ai grandi avec ces livres, que je me suis réfugiée à Poudlard pendant toute mon adolescence et que je continue toujours. D’ailleurs, je crois que cette année c’est la bonne, j’attends impatiemment septembre pour recevoir ma lettre d’admission.

 

Si tu étais une émotion ?

L’euphorie. Ou plutôt, le rire qui cause cette sensation de plénitude. J’ai toujours des frissons quand, au cinéma, ou au théâtre, ou même simplement entre amis, les gens – parfois inconnus les uns pour les autres – se mettent à rire en même temps de la même chose. Je trouve ça assez magique, et c’est tellement agréable de (faire) rire ! Ça détruit toutes les barrières.

 

Si tu étais un animal ?

Une louve. Un brin sur-protectrice avec les gens que j’aime, avec des phases de « j’ai besoin d’être toute seule laissez-mooooooooi ». Mais avec toujours la meute, jamais bien loin. Sinon, une licorne. Moins badass, mais plus de paillettes.

 

Si tu étais un végétal ?

Le désespoir du peintre ! Déjà, parce que c’est un nom beaucoup trop joli pour une fleur. Aussi, parce que je trouve la symbolique pleine de sens. Quelque chose qui en apparence peut sembler simple, mais qui finalement quand on y regarde de plus près s’avère un brin plus complexe que ce que l’on aurait pu penser.

 

Si tu étais un sens ?

La vue ! Pour voir des détails qui semblent insignifiants aux autres mais qui me semblent essentiels. M’émerveiller devant les douze couleurs différentes d’un coucher de soleil. Voir les émotions se dessiner sur les visages des gens. C’est sans doute mon côté curieuse, mais la vue permet de ne jamais perdre une miette de quoi que ce soit !

 

Merci Solenne. Nous allons finir par quelques questions concernant tes écrits découverts dans ce numéro :

Tu as été sélectionnée pour ce cinquième numéro avec ta nouvelle Et la brise sur sa joue, peux-tu expliquer sa genèse ?

J’ai écrit cette nouvelle, initialement, pour un concours. Le thème était « Cette décision qui a tout changé ». Je me suis laissée porter, sans trop savoir réellement où j’allais arriver. Mais à chaque ligne de plus, l’univers se dessinait sous mes yeux, alors je suis allée au bout ! Et même si le concours n’a rien donné, j’ai écouté les encouragements et je me suis dit que cette nouvelle avait le droit de voyager auprès d’autres lecteurs.

1 Hernandez

 

Tu nous présentes ton recueil de nouvelles un peu particulier Rien qu’une histoire, peux-tu nous raconter ce qui t’a inspirée ?

J’aime écrire des nouvelles, c’est un exercice que je trouve passionnant et au cours duquel je ne m’ennuie jamais. Et j’aime tester de nouvelles choses, expérimenter, tenter, et faire tenter, aussi. Alors j’ai imaginé un recueil un peu différent des autres. À l’heure où les réseaux sociaux ont une place prépondérante dans beaucoup de vies, pourquoi ne pas tenter d’y inviter la lecture, et l’écriture ? Rien qu’une histoire était né ! J’ai créé le recueil sur Instagram en décidant de m’adapter aux contraintes de la plateforme : la chronologie des publications, la restriction du nombre de caractères… Chaque nouvelle est donc composée de neuf publications. Chaque jour, un nouveau passage est publié. Et toujours, on commence par la fin ! Libre ensuite au lecteur de lire la nouvelle dans l’ordre des publications, ou bien d’attendre qu’elle soit complète pour la découvrir…

 

Vous pouvez retrouver Solenne Hernandez sur Facebook.

Et la brise sur sa joue est disponible dans L’Indé Panda no5.

Découvrez Rien qu’une histoire sur Instagram.

 

Rienquunehistoire - Solenne Hernandez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s