Actualités·Interview

Interview Nicolas Chevolleau #2

Nicolas Chevolleau ayant déjà répondu à une interview classique, il va se prêter au jeu du portrait chinois. Merci à lui.

 

Si tu étais un style ou un genre littéraire ?

La bluette, cette façon de célébrer la grandeur amoureuse dans la discrétion.

Si tu étais un art ?

Ce serait un art de la main. Quelque chose qui touche au bois tel que la menuiserie ou la charpente. Je suis toujours admiratif des œuvres réalisées par les Compagnons du Devoir.

Si tu étais un livre ?

Il y a quelques années, dans la bibliothèque où je travaille, j’ai trouvé un mot doux glissé entre les pages d’un roman. C’était un billet de rendez-vous échangé entre deux adolescents. Le livre leur servait de communication. Si j’étais un livre, j’aimerais être un écrin pareil.

Si tu étais une émotion ?

Le trouble amoureux. De prononcer ce mot, je rougis déjà…

Si tu étais un animal ?

Le busard Saint-Martin. C’est un rapace que j’ai beaucoup observé durant mon adolescence. J’aime son vol rasant, sa silhouette bleutée, sa vulnérabilité (il niche au sol parmi les blés. Les moissonneurs épargnent ses petits en laissant un carré de culture).

Si tu étais un végétal ?

Ben… un arbre ! Plutôt un arbre tendre, dans ma nature. Ou un arbre généalogique, tiens, puisque c’est mon autre passion.

Si tu étais un sens ?

Le sens de l’humour. On en manque toujours !

Merci Nicolas. Nous allons finir sur les deux questions habituelles concernant tes écrits découverts dans ce numéro, plus une question bonus :

 Tu as été sélectionné pour ce troisième numéro avec ta nouvelle « Bon Dieu Bourdieu ! », peux-tu expliquer sa genèse ?

Cet hiver, je rentrais de nuit de mon travail, sous une pluie battante. Un titre disco et estival passait à la radio. Ce décalage m’a inspiré les péripéties d’une famille menacée par la malchance et la fracture familiale. Le ton est à la fois léger et mélancolique.

Bon Dieu Bourdieu ! est un clin d’œil à Pierre Bourdieu. Ce sociologue a défini la séparation et la reproduction de classes sociales comme socles de notre société. J’ai moi-même connu ce plafond de verre dans ma jeunesse. Dans les sentiments de Paul pour la jeune châtelaine, je voulais suivre le parcours d’un fils d’ouvrier tenté d’abolir les clivages sociaux. C’est un amour pur, de ceux qu’on ne peut abîmer.

Nicolas Chevolleau

Tu nous présentes ton roman « L’arbre de Bréda : le petit livre qui fait aimer les bibliothèques, la généalogie et les jeunes femmes en robe vintage ». Peux-tu nous raconter une petite anecdote concernant un de tes personnages, un lieu, ton roman en lui-même… ?

Voici une anecdote délicieuse. Le titre de ma romance fait référence à une ville néerlandaise dont est originaire mon héroïne. Bréda est connu pour ses « Redhead days » plus grand rassemblement de roux d’Europe. Au centre de sa bibliothèque trône un mûrier daté de 1750. Eh bien, crois-le ou non, lorsque j’ai écrit L’arbre de Bréda et choisi une bibliothécaire rousse pour héroïne, j’ignorais ces choses ! Du coup, le livre terminé, je suis allé visiter cette étrange bibliothèque et offrir un exemplaire à son personnel. Inutile de préciser que ce fut un accueil des plus chaleureux !

As-tu une parution prévue pour l’année 2017 ? Si oui, peux-tu nous en dévoiler un peu plus ?

Pas de parution dans l’immédiat mais tout plein de projets. Je suis un être lent dans la conception. Quelques idées germent tranquillement dans ma tête. Les laisser trotter, c’est déjà les faire grandir, paraît-il.

 

Retrouvez Nicolas Chevolleau sur son site.

“Bon Dieu Bourdieu ! ” est disponible dans  L’Indé Panda no3.

Découvrez « L’arbre de Bréda : le petit livre qui fait aimer les bibliothèques, la généalogie et les jeunes femmes en robe vintage » sur Amazon.

L'arbre de Bréda Nicolas Chevolleau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s