Actualités·Interview

Interview Khalysta Farall #2

Khalysta Farall ayant déjà répondu à une interview « classique », elle va se prêter au jeu du portrait chinois. Merci à elle.

 

Si tu étais un style ou un genre littéraire ?
Une creepy pasta ! Ne me demandez pas pourquoi, la réponse vous hanterait jusqu’à vous rendre fou.

Si tu étais un art ?
L’art de plier les serviettes en forme de maître Yoda.

Si tu étais un livre ?
« La quête onirique de Kadath l’inconnue » de H. P. Lovecraft. Le rêve, c’est toute ma vie.  

Si tu étais une émotion ?
La surprise, parce que… SURPRISE !

Si tu étais un animal ?
Une méduse. Pas de cœur, pas de cerveau, et pourtant… Toujours à flotter quelque part en cherchant quelque chose à boulotter.

Si tu étais un végétal ?
Une pivoine. Car  selon mon mari, aux capacités complimentaires parfois discutables, je suis ronde et rose…

Si tu étais un sens ?
La vue, mais pas celle qui vous fait voir la réalité. Plutôt celle qui vous abreuve d’images totalement incohérentes dès que vous vous endormez.

 

Merci Khalysta. Nous allons finir sur les deux questions habituelles concernant tes écrits découverts à ce numéro :

 

Tu as été sélectionnée pour ce second numéro avec ta nouvelle « La belle retraite », peux-tu expliquer sa genèse ?
J’adore me documenter sur tout un tas de sujets divers. Il y a quelques mois, j’ai regardé tout ce qui me passait sous la main sur la drogue et ses dérives. J’ai notamment vu tout un reportage sur des travailleurs thaïlandais qui prennent de la méthamphétamine afin d’augmenter leur productivité. C’est de là que m’est venue l’idée d’imaginer ce nouveau système de retraite, à grand renfort de pilules miracles.

 

Si vous l'aviez raté, l'avant-goût de cette nouvelle ;)
Si vous l’aviez raté, l’avant-goût de cette nouvelle 😉

 

Tu nous présentes ton roman « Le vaisseau du Cristal », peux-tu me raconter ce qui t’a inspirée ?
Une nuit, j’ai rêvé d’un homme à qui la vie avait tout volé. Véritable avatar de la colère et du désir de vengeance, je me souviens parfaitement m’être réveillée en ayant toujours à l’esprit son regard meurtrier. J’ai alors décidé d’écrire son histoire, en imaginant sa rencontre avec le seul être capable de lui offrir cette vengeance dont il rêve tant. Un être qui, sous ses airs de bête destructrice, représentera son seul espoir de salut.
J’aime les personnages incompris, les faux-méchants, ceux que la vie a poussé à en venir à de telles extrémités. Mon Valhan, c’est un peu le fils de Végéta, de Loki ou d’Arcann.

 

Vous pouvez retrouver Khalysta sur Facebook.

« La belle retraite » est disponible dans L’Indé Panda n°2.

Découvrez « Le vaisseau du Cristal » sur Amazon.

couverture-khalysta

Publicités

2 réflexions au sujet de « Interview Khalysta Farall #2 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s